Les Divalala « Femme Femme Femme »

 

Imaginez trois chanteuses qui revisitent la chanson française de manière loufoque et déjantée dans un tour de chant totalement a cappella et en polyphonie pour nous raconter la vie d’une femme fraîchement célibataire. Après un premier spectacle « Chansons d’amour traficotées », les Divalala (Angélique Fridblatt, Gabrielle Laurens et Marion Lépine) nous reviennent avec leur nouvel opus intitulé « Femme femme femme » au Théâtre de Ménilmontant.

 

Elles inscrivent leur spectacle dans la lignée du cabaret ou du music hall pour mieux s’en éloigner par les styles qu’elles emploient. Perchées sur leurs hauts talons et dans leurs robes à paillettes, elles sont « toutes les femmes de ta vie » et elles ont bien l’intention de le prouver. Tout d’abord par leur répertoire : on passe sans transition de Beyoncé à Corinne Charby, de Patrick Sébastien à Pharell Williams, sans oublier Ophélie Winter, Elodie Frégé, Lara Fabian, Mademoiselle K ou Claude François. Les Divas n’ont pas de limite et mélangent les titres d’une façon si décalée qu’on ne peut que s’en réjouir. Ce sont les chansons qu’elles mettent à l’honneur en les revisitant.

 

On notera l’efficacité des réorchestrations vocales (par Raphaël Callandreau) de titres comme le planant « Voyage voyage » de Desireless que l’on redécouvre complètement ou l’envoutante « Foule sentimentale » d’Alain Souchon qui prend une autre dimension grâce aux harmonies de nos Divas ou encore le surprenant « Tous les mêmes » de Stromaë. Si ces titres sont des tubes dans leur version originale, les voix des Divas leur apportent un petit supplément d’âme, une vision plus personnelle, parfois plus tragique, et le spectateur en fait une deuxième lecture en écoutant autrement les paroles.

 

Difficile pari que celui de faire un spectacle entièrement a cappella. Les Divas sont de véritables orfèvres de la voix, douées d’une incroyable technicité. Parfois, elles s’accompagnent de quelques percussions (cajon, maracas, boomwhackers…), parfois elles détournent des objets du quotidien (verres, bouteilles de bière) pour en tirer des sons harmonieux notamment lors de la merveilleuse reprise en version française du « Chandelier » de Sia.

 

Si vous aimez les performances vocales intelligentes, si vous aimez les chansons, si vous aimez rire et être émus à la fois, le spectacle des Divalala « Femme femme femme » est fait pour vous. Un show original, servi par de grandes interprètes passionnées à la bonne humeur communicative. Le public ne s’y trompe pas : la salle était pleine et ressort comblée. Alors, allez-y et parlez-en autour de vous.

 

Jusqu’au 10 février 2018

au Théâtre de Ménilmontant, 15 Rue du Retrait, 75020 Paris

http://lesdivalala.com

Durée : 1h15

Tarifs : de 15€ à 39€

Article : Audrey

29/10/2017

audrey@laruedubac.fr

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s