Rue de la belle écume

 

 

Et si pour une fois on donnait la parole aux personnages de certaines des chansons les plus populaires de la variété française ? Si aujourd’hui, c’était Madeleine qui parlait au grand Jacques ? Si l’aigle noir de la dame brune nous racontait son histoire ? Et si Félicie nous rétablissait la vérité sur sa fameuse soirée ? Voilà ce que nous propose « La Rue de la Belle Écume ».

 

Ici, pas de superproduction, pas de danseurs aux chorégraphies spectaculaires, pas de projections vertigineuses… Non, « La Rue de la Belle Écume » mise sur trois ingrédients : des textes à la hauteur des standards qu’ils reprennent, des interprétations justes et sensibles par Emilie Pello et Laurent Viel, deux musiciens extraordinaires sous la direction musicale de Roland Romanelli. Le public se sent alors plongé dans une époque irréelle où il se glisse avec joie et dont il ne ressort qu’avec cette sensation que l’on a après un rêve, se laissant bercer au son de la radio Belle Écume et de la voix parlée de Patrice Lafont.

Ce qui frappe dans un premier temps est la qualité d’écriture de chacun des textes. Un amoureux de la chanson française qui connaît par cœur les titres évoqués pourra aisément retrouver l’ambiance de ceux-ci qui ne sont jamais dénaturés. Le travail de recherche afin d’y coller au plus près a dû être colossal.

 

Les musiques également sont de belles références aux chansons de base sans que jamais elles ne soient interprétées. Cela donne envie de se replonger dans ces paroles qui nous ont bercé, qui sont là mais que l’on a un peu délaissés pensant trop les connaître.

 

Par ailleurs, on peut saluer l’originalité de ce show pas comme les autres. A l’ère de la reprise en versions modernes musicales plus ou moins réussies de grands thèmes de la littérature, « La Rue de la Belle Écume » ose le pari de monter une création personnelle. Alors, certes, cela reste très confidentiel mais ce spectacle ne cesse d’être présenté avec succès depuis quelques années maintenant et toujours avec la même équipe.

 

Pour citer nos temps forts du spectacle : « Le blues de Félicie » avec une Emilie Pello tout en sexy attitude, « Le fusillé » pour le message porté en réponse au « Déserteur » de Boris Vian, « La vieille folle » écho du « Comme ils disent » de Charles Aznavour et enfin « Babouchka Nathalia » en hommage à Gilbert Becaud. Des moments pleins d’émotions et qui montrent le talent d’interprètes des deux chanteurs qui s’adaptent à chacun des personnages d’une main de maître.

 

« La Rue de la Belle Écume », c’est un spectacle intimiste, pour ceux qui aiment les mots et qui vouent un intérêt particulier à notre patrimoine musical. A découvrir vraiment.

LES MERCREDIS 30.11 et 14.12.2016

au THEATRE TREVISE

14 Rue de Trévise, 75009 Paris

SITE OFFICIEL : http://www.ruedelabelleecume.fr

Article : Audrey

08/10/2016

audrey@laruedubac.fr

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s