RHODIA BOURDELLE RÉCIT D’UNE VIE ET L’HISTOIRE D’UN MUSÉE

   

MUSÉE BOURDELLE EXPOSITION DU 18 NOVEMBRE 2015 AU 26 MARS 2016

 

 

 

Cette exposition intimiste nous raconte la naissance du musée Bourdelle et  comment une famille avec force et détermination poursuit l’œuvre d’un artiste.

 

 

Antoine Bourdelle arriva en 1885 dans les ateliers du 16 impasse du Maine (aujourd’hui rue Antoine Bourdelle), très tôt il forme des élèves, Alberto Giacometti, Aristide Maillol, René Iché, Germaine Richier… L’atelier devient alors un lieu de création et forme une communauté artistique féconde parmi eux Matisse, Rodin, Jules Dalou…

 

 

Bourdelle vit avec sa famille à proximité des ateliers, elle l’inspire, sa femme Cléopâtre et sa fille chérie, Rhodia deviennent ses muses. On retrouve

 

Cléopâtre et Rhodia dans “La vierge à l’offrande ”et Rhodia sous les traits de “L’amourette”.

 

 

Antoine Bourdelle a toujours ambitionnait de créer un atelier-musée qui conserverait ses oeuvres, ses écrits mais qui serait également un lieu de culture vivant et moderne. En 1929, Antoine Bourdelle meurt sans avoir eu le temps de réaliser son projet.

 

Cléopâtre et Rhodia mènent alors un combat de longue haleine pour sauvegarder les ateliers et poursuivre le travail d’Antoine Bourdelle.

 

Vingt et un an après la mort de l’artiste, la ville de Paris accepte la donation de Cléopâtre et le musée ouvre en 1949.

La famille Bourdelle, bientôt accompagné de Michel Dufet, (Architecte décorateur, écrivain et époux de Rhodia), transformeront les ateliers en musée, en exposant, en publiant, en éditant l’œuvre de Bourdelle, ils la feront rayonner bien au-delà des murs de l’atelier.

 

 

Amélie Simier, conservateur en chef du Patrimoine, directrice des musées Bourdelle et Zadkine, Madeleine Blondel, conservateur en chef du Patrimoine honoraire et Annie Barbera, responsable des archives, de la bibliothèque et de la documentation au musée Bourdelle, ont conçu le parcours de cette exposition comme un fil rouge traversant le musée et c’est une belle réussite.

 

 

Rhodia hante le musée, on y découvre ses dessins d’enfant (gardés soigneusement par son père, qui disait d’elle “un jeune peintre de génie”), les livres de son enfance, les albums de photographies, des carnets, ses mémoires, des agendas, sa correspondance, ses peintures (elle se destinait à la peinture avant de consacrer sa vie à l’œuvre de son père) et même le nounours de son enfance !

 

En suivant pas à pas Rhodia, l’exposition nous fait découvrir cette fille d’artiste qui consacra sa vie à l’œuvre de son père et ne quitta jamais le lieu de son enfance (elle vivait au premier étage du musée depuis 1947), elle en deviendra le conservateur à la mort de sa mère en 1972.

Passionnée elle n’aura de cesse de développer la collection du musée, d’enrichir le parcours muséographique, de constituer une documentation, d’organiser des expositions et de faire rayonner l’œuvre de son père à travers le monde par des expositions mais aussi par des ventes afin que Bourdelle soit présent dans les plus grands musées.

 

 

Elle dédia toute sa vie à la gloire de son père jusqu’à sa mort en 2002.

 

 

Une visite intimiste et surprenante à découvrir au musée Bourdelle jusqu’au 26 mars 2016.

 

MUSÉE BOURDELLE

18, rue Antoine Bourdelle 75015 Paris

Tél. 01 49 54 73 73

Ouvert tous les jours de 10h à 18h sauf lundis et certains jours fériés

Article : © Corinne

Photos : © Musée Bourdelle

24/11/2015

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s