DANS LES MAILLES DU FILET

 

Au Musée de la Marine, du 7 octobre 2015 au 26 juin 2016

 

 

Dans le magnifique Musée de la Marine, venez découvrir la magnifique exposition

 

“Dans les mailles du filet”

 

 

L’exposition relate l’histoire de la pêche à la morue considérée comme “L’Or blanc”, de la fin du XVème siècle au XXème siècle. On y découvre la rudesse de la vie des pêcheurs de Terre-Neuve au Groenland en passant par l’Islande. Mais également les conséquences désastreuses de ces pêches massives dans les océans et les mers.

 

 

Des cartes, des peintures, des projections vidéos sur des écrans de verre, des maquettes et un espace “épicerie” (présente les produits dérivés de la morue, huile de foie de morue, savon..) nous entraîne à la découverte de cette pêche “miraculeuse”.

 

 

Chaque année, des milliers d’hommes quittaient les côtes françaises pour pêcher la morue dans les eaux froides de l’Atlantique Nord, pendant 6 à 8 mois.

 

Ces pêcheurs travaillaient dix-huit heures par jour dans des conditions extrêmes, (manque d’hygiène à bord, conditions météorologiques difficiles, blessures, maladies…), les naufrages sont nombreux et le développement des paquebots constitue un risque supplémentaire pour les trois-mâts morutiers et les dorissiers.

 

 

Le sort des femmes restaient à terre n’est pas plus enviable, elles doivent travailler pour faire vivre leur famille en l’absence de leur mari, vivent dans la crainte  de voir revenir les navires battant pavillon noir, ce qui annonce la mort d’un ou plusieurs hommes pendant la campagne ; ou pire de ne pas voir les navires revenir.

 

Le pêcheur, décrit comme un « bagnard des mers », et son épouse, « héroïne émouvante » deviennent à travers le regard des artistes de la fin du XIXe siècle, des figures populaires dramatiques.

 

 

C’est “Pêcheur d’Islande”, le roman de Pierre Loti publié en 1886, qui popularise ce sujet, créant un véritable engouement d’écrivain et d’artistes pour la “Grande pêche” : romans d’Anatole Le Braz et, plus tard, de Roger Vercel ; dessins et peintures d’Albert-Guillaume Desmarest, Paul Signac, Albert Brenet, Mathurin Méheut, Yvonne Jean-Haffen…

 

 

En 1953, Anita Conti publie “Racleurs d’Océans”, dans lequel elle raconte la campagne de pêche à Terre-Neuve à laquelle elle a participé, et qu’elle a par ailleurs filmée ; elle y dénonce déjà la surexploitation des mers. Cette littérature de témoignage trouve en Jean Recher son représentant le plus emblématique : dans “Le grand métier”, publié en 1977, il retrace son parcours, de mousse à capitaine. Cette nouvelle évocation de la « Grande pêche » résulte sans doute de la prise de conscience de la disparition progressive du métier devant la raréfaction de la ressource.

 

En 1992-1993, c’est la fin de la pêche à la morue dans les eaux de Terre-Neuve et du Labrador.

A la fin de l’exposition nous sommes invités à réfléchir aux conséquences d’une mauvaise gestion des mers. Cette « Grande pêche » si lucrative pendant des siècles a fait oublier qu’aucune ressource n’est inépuisable.

 

La mer est l’avenir de notre planète et la gestion des ressources marines est un enjeu majeur, face à une population mondiale qui s’accroît.

 

Plusieurs personnalités témoignent, parmi lesquelles Isabelle Autissier (présidente du WWF France), Erik Orsenna (écrivain et membre de l’Académie française) et Gilles Bœuf (président du Museum national d’Histoire Naturelle). En faisant le lien entre l’aventure de la pêche à la morue et la situation actuelle, le musée national de la Marine souhaite à chacun de s’interroger sur le respect des ressources de la mer ainsi que sur son propre rôle en tant que consommateur et citoyen du monde.

 

 

Les enfants ne sont pas oubliés puisque grâce au parcours-jeu, ils pourront découvrir cette épopée avec “la morue disparue”

 

À partir de 7 ans. Gratuit

 

 

Au cœur de l’exposition, un espace est dédié aux plus jeunes. À travers quelques expériences amusantes, on perce les secrets d’une pêche durable : des filets aux larges mailles, des poissons qui ont le temps de grandir, des recettes de cuisine inédites… Un jeu de parcours géant apprend même aux moussaillons à pêcher le bon poisson ! De 6 à 12 ans. En accès libre

 

 

Les mercredis et vacances scolaires à 15 h le musée organise des visites et des ateliers :

 

Pour les 4-6 ans (visite contée) : “Le chat du chalutier” Embarqué sur un vieux chalutier, un chat gourmand rêve de croquer les petits poissons. Mais parmi les milliers d’espèces qui vivent dans la mer, laquelle choisir ? Au fil de la visite, les enfants doivent modifier l’histoire car le félin trop pressé ne pratique pas toujours une pêche respectueuse de l’Océan.

 

 

Pour les 7-12 ans un atelier : “Au vent de suroît”

 

Plongez dans l’univers de la Grande pêche grâce à cette animation qui mêle découverte de l’exposition et atelier créatif. Après avoir partagé la vie d’un mousse le temps d’une campagne de pêche à la morue, les enfants apprennent à identifier les poissons en danger pour fabriquer un mobile poétique avec leurs silhouettes.

 

 

Informations et réservations pour les activités enfants 01 53 65 69 53 et sur musee-marine.fr

 

Article : Corinne

Photos : © Musée de la Marine

09/10/2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s