La Maison de Bernarda Alba

 

de Federico García
Lorca

Mise en scène Lilo
Baur

 

 

La pièce s’ouvre dans un cri, celui d’une vieille femme enfermée…

Puis, un long cortège de femme
drapées de mantilles, sortent de l’église.

Elles s’installent devant une
immense grille de dentelle, symbole des huit années de deuil que Bernarda Alba va imposer à ses filles, suite au décès de son mari.

Nous sommes en Andalousie dans
les années 30, les femmes et les filles doivent être irréprochables et ne pas être exposées à la tentation du désir, alors rester enfermées semble être le moyen le plus efficace de les tenir éloigner
des tentations du monde.

Les filles de Bernarda, âgées de 20 à 39 ans, se
soumettent à l’autorité maternelle, elle aussi victime du joug de la société conservatrice. Lucides, les filles reconnaissent que « c’est une souffrance d’être née femme » « même nos yeux ne nous appartiennent plus ».

 

Pourtant, à l’annonce du mariage de l’aînée,
Angustias avec le séduisant Pepe el Romano, les nuits bouleversent les jours des cinq soeurs et les frustrations ne font qu’aiguiser les désirs et les conflits.

La tension est à son paroxysme
lorsque les filles s’accrochent aux fenêtres pour tenter de voir des hommes qui battent en rythme le blé, accompagnés de filles “faciles”. Ce désir charnel devient aliénant et
obsessionnel.

En
filigrane la grand-mère,  qu’on essaie de bâillonner sans succès, dit tout
haut ce que les autres n’ose même pas penser !

La plus jeune Adela, ne veut pas
faire taire son désir et préférera la mort à la soumission.

 

Avec la scénographie d’Andrew D. Edwards, Lilo
Baur nous livre une pièce sensible et sensuelle. La modernité de sa mise en scène et la musique originale de Mich OCHOWIAK, qui sort des références espagnoles stéréotypées, permet à la pièce de Féderico Garcia Lorca de raisonner sur la condition des femmes au 21ème siècle.

 

Interprétée par d’excellentes comédiennes, “La
maison de Bernarda Alba” est une pièce puissante à découvrir dans le magnifique théâtre de La Comédie Française jusqu’au 25 juillet 2015.

 

Traduction Fabrice Melquiot Fabrice Melquiot

Scénographie Andrew D
EDWARDS

Costumes Agnès
FALQUE

Lumières Fabrice KEBOUR
|

Musique originale et réalisation
sonore Mich OCHOWIAK

Travail chorégraphique Claudia DE
SERPA SOARES |

Collaboration artistique Katia
FLOUEST-SELL | Maquillages Catherine BLOQUÈRE

avec

Claude MATHIEU, Anne Kessler,
Cécile BRUNE, Sylvia BERGÉ

Florence VIALA, Coraly ZAHONERO,
Elsa LEPOIVRE, Adeline D’HERMY, Jennifer DECKER, Elliot JENICOT, Claire DE LA RÜE DU CAN

et les élèves comédiens de la
Comédie-Française, Claire BOUST, Ewen CROVELLA, Charlotte FERMAND, Thomas GUENÉ, Solenn LOUËR, Valentin ROLLAND

Représentations à la Salle
Richelieu, Place Colette 75001 Paris

jusqu’au 25 juillet
2015.

matinées à 14h, soirées à
20h30.

Prix des places de 5 € à 41 €.
Renseignements et réservation : tous les jours de 11h à 18h aux guichets du théâtre et par téléphone

www.comedie-francaise.fr

Article : Corinne

Photos : © Brigitte
Enguérand

06/06/2015

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s